Pour que l'EPS soit toujours un plaisir ...
Le volley-ball en EPS au collège et au lycée: 10 propositions pour l’enseigner

Le volley-ball en EPS au collège et au lycée: 10 propositions pour l’enseigner

Suite à la venue de Julien METZLER à Nancy, lors d’un week-end pédagogique organisé par l’AE EPS Nancy-Metz (dont je suis le président), je vous propose de reprendre ses propositions pour concevoir et mettre en œuvre l’enseignement du volley-ball en milieu scolaire.

10 propositions pour concevoir et mettre en œuvre l’enseignement du volley-ball

1) Cibler les objets d’enseignement prioritaires (option du CEDREPS)

Le CEDREPS (Collectif d’Etude Disciplinaire pour le Renouvellement de l’EPS) fait du « ciblage » un élément fort de l’enseignement de l’EPS. En effet, au regard des contraintes scolaires (les 10 à 15 heures d’enseignement dont dispose le professeur sur un module d’apprentissage), nous ne pouvons pas tout enseigner aux élèves. Nous devons donc faire des choix d’objets d’enseignement prioritaires. Dans chaque pratique physique sportive ou artistique enseignée et en fonction du niveau de classe auquel s’adresse l’enseignant, celui-ci doit se demander: « Qu’est-ce qui va permettre un progrès décisif de l’élève à ce niveau de pratique? ».

Par exemple, à un premier niveau de pratique (en 6ème) en natation, J-L UBALDI met l’accent sur ce qui est prioritaire pour ces élèves: le rapport amplitude-fréquence, et non la respiration. En badminton, N.MASCRET cible l’apprentissage du jeu dans la profondeur (jeu court/long) et non le jeu dans la latéralité. En tennis de table, je cible l’apprentissage de la mise à distance en coup droit pour donner de la vitesse à la balle. En tant qu’enseignant, nous devons donc faire des choix sur nos objets d’enseignements prioritaires.

Concernant le volley-ball, à un premier niveau de pratique (en 6ème par exemple au collège ou en seconde au lycée), qu’est-ce qui va permettre un progrès décisif? Pour Julien METZLER, ce n’est pas le service, ni la manchette…Voici ce qu’il propose:

Un objet d’enseignement défensif: le déplacement pour empêcher le ballon de tomber au sol.

Un objet d’enseignement offensif: le renvoi du ballon seul ou à 2 par la frappe à 10 doigts pour exploiter la profondeur du terrain.

Si vous souhaitez découvrir les connaissances, capacités et attitudes se rapportant au déplacement et à la frappe à 10 doigts, je vous propose de télécharger le document powerpoint de Julien (page 21) situé à la fin de cet article.

2) Considérer la situation de match comme la situation de première importance dans le temps scolaire

D’un point de vue quantitatif, le match de volleyball doit être la situation dans laquelle l’élève passe le plus de temps au cours de la leçon et au cours du module d’apprentissage de 7 ou 8 leçons. Les 5 minutes de match à la fin de la leçon, venant souvent comme une récompense (si vous travaillez bien, vous aurez le droit de jouer) est bien évidemment à proscrire! Il est tout à fait possible, dans les activités du Champ d’apprentissage 4, de faire une leçon qu’avec des matchs (avec différents thèmes).

volley-ball eps collège

D’un point de vue qualitatif, le match est la situation dans laquelle l’élève joue, se situe, se transforme, est évalué. Il s’agit de passer d’une démarche « apprendre puis jouer » à « apprendre en jouant » durant la leçon. Cela nécessite d’organiser la situation de match pour que les élèves soit en situation d’apprentissage.

Pour parvenir à ces objectifs, le match doit cependant permettre le jeu et être porteur d’enjeu.

3) Pour permettre le jeu: aménager les règles

Il s’agit de renforcer les pouvoirs de la défense notamment avec l’aménagement du service (en envoyant la balle en frappe à 10 doigts par exemple) et l’autorisation du blocage du ballon en 1ère touche. Ces aménagements doivent être compris dans un soucis d’équilibre du rapport de force attaque/défense. Ces règles permettent de favoriser les échanges. Julien précise que le blocage n’est ni automatique, ni magique avec les élèves. On peut l’autoriser un certain nombre de fois dans l’échange ou dans le match, l’autoriser seulement à certains élèves ou dans certaines positions sur le terrain.

A propos des aménagements, il est essentiel de garder en tête et se poser la question suivante: jusqu’où aller dans les aménagements afin que tous les élèves continuent à vivre une tranche de vie de volleyeur?

4) Pour créer de l’enjeu: proposer des contrats dans le jeu

Il s’agit d’orienter l’activité des élèves vers un projet technique ou un projet d’entraînement avec des points bonus, des contrats en relation avec les objets d’enseignement visés. Ces contrats doivent être collectifs en volley-ball, exigeants, adaptés et valorisants. Par exemple, des contrats sur les ballons non touchés en défense en relation avec l’objet d’enseignement défensif. En relation avec l’objet d’enseignement offensif, on peut mettre des contrats sur le nombre de ballons gagnants en zone arrière.

On peut ainsi utiliser des victoires bonifiées et des défaites bonifiées. Par exemple, une victoire avec contrat = 4 points. Une victoire sans contrat = 3 points. Une défaite avec contrat = 2 points. Une défaite sans contrat = 1 point. C’est l’idée de permettre aux élèves d’avoir une activité de performance (essayer de gagner) mais aussi d’avoir un projet technique, de jouer avec la manière.

5) Mettre en avant des valeurs collectives et émancipatrices grâce au VolleyBall

. Des rotations aux rôles moteurs et sociaux

Les situations proposées doivent être porteuses de valeurs. Une chose importante est la nécessité d’organiser une rotation aux rôles moteurs. Il faut permettre aux filles et aux garçons de tenir les 2 types de rôles: des rôles liés à l’opposition et des rôles liés à la coopération. Il faut bien entendu éviter les stéréotypes de sexe considérant que les filles doivent tenir les rôles liés à la coopération et les garçons occuper les rôles les plus valorisants liés à la prise de risque, à la marque notamment. 

Si nous ne prêtons pas attention à ce point là, notamment dans les sports collectifs, on peut reproduire facilement les stéréotypes de sexe. Or, si nous voulons des jeunes filles qui, dans la vie active, prennent des risques, occupent des responsabilités, cela passe par l’éducation, l’enseignement. Donc, le professeur d’EPS doit  leur permettre d’occuper ces rôles là.

Il est aussi important de permettre les rotations aux rôles sociaux. Il faut être vigilant à ce que les jeunes filles ne tiennent pas uniquement la fiche d’observation et le stylo tandis que les garçons occupent toujours les rôles liés à l’arbitrage.

De plus, l’organisation des interactions au sein de l’équipe se feront de manière démocratique afin de considérer la parole de chacun. Le fair-play peut être envisagé comme un véritable objet d’apprentissage qui est évalué tout au long du module d’apprentissage de volley-ball en EPS.

Les contrats évoqués dans le point précédent sont fixés et obtenus en équipe afin d’essayer de développer le besoin d’affiliation, une proximité sociale. Les élèves coopèrent pour obtenir les résultats escomptés.

. Varier les formes de groupement

Ensuite, il faut également être vigilant sur les formes de groupement et les modes de constitution des équipes. Il est extrêmement compliqué de faire des équipes. MEARD dit que beaucoup d’enseignants débutants répondent au manque de cohésion en classe par des formes de groupement selon un mode affinitaire…mais que c’est une illusion! Ce n’est pas parce qu’on s’entend bien les uns avec les autres qu’on va forcément bien travailler ensemble, qu’on va forcément coopérer.

Le rôle de l’école républicaine est de permettre à tous les élèves de se côtoyer, d’apprendre à travailler et vivre ensemble, filles et garçons. Dans certains établissements, REP notamment, les filles et les garçons se côtoient très peu en dehors de l’établissement. Donc, si on ne leur apprend pas à l’école à travailler les uns avec les autres, on risque de passer à côté de notre rôle…

Faire des groupes n’est donc pas une chose aisée. Julien nous dit que d’une manière générale, il est plutôt défavorable au groupement affinitaire. Les groupes de niveau présentent des avantages et des inconvénients. L’inconvénient majeur est que le groupe de niveau est assez stigmatisant pour les élèves les plus en difficultés. Si nous laissons les élèves les plus en difficultés toujours ensemble tout au long du module d’apprentissage, ils ne risquent pas de se sentir compétents, de prendre du plaisir et de garder des traces positives de l’activité volley-ball en EPS. Cependant les groupes de niveaux sont pratiques pour évaluer les élèves.

enseigner volley eps

Il est donc nécessaire de faire varier les formes de groupement tout au long du module d’apprentissage afin que chaque élève puisse y trouver son compte.  Il y a donc des moments où on travaille en groupes mixtes et à d’autres moments, non; des moments de tutorat durant lesquels les élèves les plus à l’aise aident les élèves plus en difficultés; des moments où les élèves sont par groupes de niveaux lors des évaluations.

Enfin, le dernier point concernant la constitution des équipes a été abordé notamment par Cécile VIGNERON dans sa thèse. Elle nous met en garde contre le procédé qui consiste à désigner des capitaines d’équipes de sexe masculin qui vont choisir leurs partenaires. Avec ce mode de fonctionnement, il reste toujours les élèves les plus en difficultés qui sont choisis par le capitaine, en tout dernier devant toute la classe! Il n’y a rien de pire pour l’estime de soi de ces élèves.

6) Laissez une place à l’autodétermination

Il s’agit de laisser la possibilité aux élèves de donner leur point de vue. Cela est en lien avec le Domaine 2 du socle commun au collège: permettre à l’élève de faire un projet et d’analyser si celui-ci est lucide. Nous pouvons proposer différents règlements de jeu aux élèves pour qu’ils choisissent celui qui leur paraît le plus adapté à leurs ressources et qui leur permettrait aussi de réaliser leur contrat.

Par exemple, 2 règlements sont proposés aux élèves: blocage du ballon autorisé / blocage non autorisé. A eux de choisir celui qui leur paraît le plus approprié. 2 équipes qui jouent l’une contre l’autre peuvent avoir des règlements différents. A la fin du match, la réalisation ou non des contrats permet d’analyser si le choix était judicieux et de le réajuster, si besoin, pour le match suivant.

7) Imposer des enchaînements d’actions

Imposer des enchaînements d’actions, c’est considérer que le règlement de jeu peut imposer des déplacements avant ou après la frappe de balle.

Par exemple, nous pouvons proposer au début du cycle 3 une situation intitulée le « duel de fou »: 1 contre 1, les élèves ont l’obligation de bloquer la balle avant chaque renvoi. Puis après la frappe, ils doivent aller toucher une marque au sol sur l’avant de leur demi-terrain. Dans cette situation, la position de la marque en zone avant permet aux élèves de réaliser un déplacement typique de la motricité du volleyeur c’est-à-dire un déplacement tête relevée à reculons.

eps lycee volley ball

8) Concevoir des situations qui incitent les élèves à se déplacer vers le ballon

Des observations de nombreuses leçons de volley-ball ont montré à Julien que dans 80% des cas, voire davantage, les enseignants d’EPS demandent aux élèves (dans les situations d’apprentissage) d’envoyer le ballon sur le joueur adverse. Or, il est extrêmement important d’envoyer le ballon là où n’est pas le joueur car en situation de match, le ballon n’arrive pas sur le joueur! Si nous voulons travailler sur l’objet d’enseignement qui consiste à savoir se déplacer, il faut envoyer le ballon là où n’est pas le joueur.

9) Profiter des temps d’échauffement pour faire des jeux qui développent la vitesse de réaction et la vitesse de déplacements

Il s’agit de développer une motricité « jambes fléchies, en appui sur la pointe des pieds, qui permet de réagir très rapidement dans une direction inconnue ». De nombreuses situations ludiques (en duel, en relais) peuvent être mises en place avec les élèves.

Par exemple, en relais, par équipes de 3 élèves: le premier membre de l’équipe doit aller poser le pied sur la ligne qui se trouve sous le filet de volley puis revenir poser le pied sur une ligne à mi-terrain puis retoucher la ligne sous le filet puis venir enfin taper dans la main de son camarade qui enchaîne à son tour…Le but du jeu est d’aller le plus vite possible pour terminer avant les autres équipes.

Autre exemple, en duel. 2 élèves s’opposent sur un terrain avec un troisième élève arbitre qui annonce le début du duel et désigne le vainqueur. Au signal de l’arbitre, chaque élève situé au fond du terrain doit aller toucher avec sa main le plot à droite puis le plot à gauche et enfin courir vers l’avant pour venir poser en premier son pied sur la marque positionnée proche du filet. Le premier élève qui pose le pied sur la marque remporte le duel.

10) Guider l’apprentissage dans les situations

Bien évidemment, il n’y a pas de situations magiques! Le rôle du professeur est fondamental dans les situations proposées afin de guider et favoriser les apprentissages des élèves. Il peut également contribuer à mettre en place des temps d’échanges et des débat d’idées tout au long du module d’apprentissage. Il veille à des échanges respectueux avant et après la pratique ou même pendant les situations (grâce aux temps morts obligatoires institués par exemple).

Pour conclure sur le Volley-ball en EPS…

Que serait un enseignement réussi à l’issue d’une première séquence de volley-ball en collège ou en lycée?

  • Les élèves organisent eux-mêmes la succession des matchs et les changements d’équipe. Les feuilles de match et de tournoi sont renseignées avec rigueur. (Pour le collège, lien avec le Domaine 2 du socle commun)
  •  Des acquis de volleyeur : déplacements spécifiques et frappe du ballon. (Domaine 1)
  •  Chacun sait quand il faut jouer seul ou collectif et différencie nettement les trajectoires du ballon pour conserver, de celles utilisées pour renvoyer. (Domaine 5)
  •  Les disputes et autres railleries sont moins nombreuses. Filles et garçons travaillent ensemble, respectent partenaires, adversaires et arbitres. (Domaine 3)
  •  Les élèves choisissent un règlement de jeu adapté à leur niveau et portent donc un regard plus lucide sur leur pratique. (Domaine 4)

Un grand merci à Julien METZLER pour son intervention. Si vous souhaitez approfondir ses 10 propositions et connaître la forme de pratique scolaire qu’il propose en cycle 3 (détaillée à partir de la page 38), vous pouvez télécharger le document PDF ci-dessous.

Vous pouvez également écouter le podcast de sa conférence (ci-dessous) ou visionner la conférence.

Si tu penses que ces ressources peuvent aider certains de tes collègues ou des étudiants, partage-les sur tes réseaux sociaux ou par mail 😉

Et toi, comment enseignes-tu le volley dans ton établissement? Partage tes astuces, tes pépites qui fonctionnent vraiment bien avec tes classes dans les commentaires en bas de la page!

On partage et on progresse ensemble 🙂

Laisser un commentaire

Fermer le menu