Pour que l'EPS soit toujours un plaisir ...
Donner du sens aux situations d’apprentissage en EPS

Donner du sens aux situations d’apprentissage en EPS

Suite à mon article sur les 2 situations d’apprentissage utilisables dans le CA4, j’ai reçu de nombreux retours positifs de collègues et d’étudiants. Je les remercie chaleureusement pour leurs commentaires qui font chaud au cœur et qui motivent vraiment à publier du contenu.

Etre face à sa classe et se rendre compte que la situation d’apprentissage proposée ne « prend » pas. Que les élèves ne trouvent pas de sens. Et qu’ils détournent rapidement la tâche pour faire autre chose. C’est un problème dont vous avez été nombreux à me parler dans mon questionnaire « Mieux vous connaître ».

Et quand tu as passé du temps sur ta préparation de leçon et que tu te rends compte, sur le terrain, dans le gymnase, que ta situation ne motive pas les élèves, cela est très frustrant. Tous les enseignants ont déjà ressenti cela plusieurs fois depuis le début de leur carrière…

Pour mettre un terme chez les élèves à ce syndrome du détournement de la tâche, je te propose un outil sur lequel tu vas pouvoir t’appuyer pour préparer tes leçons, tes situations d’apprentissage et tes contenus. Grâce à lui, tu vas pouvoir mobiliser un maximum d’élèves durant ta leçon d’EPS pour qu’ils apprennent dans et par l’APSA. Tu vas pouvoir proposer une entrée dans l’activité physique, des situations d’apprentissage dans lesquelles tes élèves s’engagent, prennent du plaisir et progressent.

Cet outil, c’est le pôle de signification.

Alors, c’est quoi ce pôle de signification ? C’est ce qui va faire sens pour l’élève et donc ce sur quoi l’enseignant va greffer ses propositions.

Comment créer les conditions nécessaires et indispensables pour que les élèves puissent apprendre en EPS et se transformer ?

Cette interrogation met sur le devant de la scène la question du sens c’est-à-dire la signification apportée par le sujet de façon consciente et inconsciente aux pratiques. La notion de sens est déterminante pour l’appropriation réelle de savoirs scolaires.

Et pour donner du sens à tes propositions le mode d’entrée dans l’APSA est déterminant. En s’appuyant sur Thierry CHOFFIN et Loïc LEMEUR (Revue EPS n°309, 2004), ce mode d’entrée peut se définir comme la « manière intentionnelle (activité de conception) que l’enseignant va envisager et utiliser pour permettre à chaque élève de rentrer en activité puis en activité d’apprentissage ».

Il s’agit donc bien de provoquer l’adhésion des élèves aux propositions de l’enseignant et « cette coopération ne va pas de soi dans la mesure où l’investissement des élèves dans les activités scolaires n’est pas volontaire » (DREEBEN, 1973). A cet égard, Marc DURAND précise que les enseignants ont recours à des procédés ayant pour but l’obtention de cette participation.

Le mode d’entrée est donc un procédé, une procédure particulière, significative et signifiante cherchant l’adhésion des élèves aux propositions de l’enseignant. Il s’agit de faire en sorte que les élèves aient envie, trouvent du sens, participent, prennent du plaisir à…Mais cette activité de conception est complexe car sous-tendue par l’interaction de paramètres multiples : perception fine des caractéristiques élèves, interactions groupales (mixité, leaders…), traitement didactique des APSA…

Leçon d'EPS au collège

D’une manière synthétique, le mode d’entrée se situe à l’interface entre le traitement didactique de l’APSA et les caractéristiques des élèves amenant pour l’enseignant une double nécessité : une analyse fine des élèves (groupe classe) et de la particularité de la situation d’enseignement (contexte) ainsi que des choix stratégiques relevant d’une connaissance avérée des APSA.

Quels modes d’entrée dans l’APSA choisir ? Essai de catégorisation

Choisir un mode d’entrée dans une APSA avec sa classe revient à se poser la question suivante : « qu’est-ce qui fait sens pour mes élèves ? ». Puis choisir en conséquence le meilleur scénario permettant de faire entrer tous les élèves dans l’activité.

Au regard de multiples expériences d’enseignement, T. CHOFFIN et L. LEMEUR ont retenu 7 pôles de signification sur lesquels peuvent se greffer les propositions de l’enseignant.

Le pôle culturel : ce qui fait sens pour l’élève c’est la référence à la pratique sociale et l’ancrage culturel.

Tenter de battre le record du monde du 1500 m en relais motive une classe de 5ème par exemple. Proposer une formule « champion’s league » en sport collectif fidélise et stabilise l’investissement des élèves.

Le pôle collectif : ce qui fait sens pour l’élève c’est l’appartenance au collectif dans une logique forte d’affiliation.

En course de durée rapporter des points à son équipe (points en durée, régularité ou intensité selon les élèves) permet aux élèves de s’investir grâce à cette logique collective.

Le pôle ludique : ce qui fait sens pour l’élève c’est le plaisir éprouvé par la pratique.

En course de durée, les jeux traditionnels révisés (comme « les déménageurs ») sont autant de possibilités permettant d’habiller l’effort sous couvert d’une pratique ludique.

Le pôle activité personnelle : ce qui fait sens pour l’élève ce sont les informations recueillies sur sa pratique et le développement de la connaissance de soi.

Capitaliser la distance grimpée en escalade ou les distances parcourues en course longue lors de la séance ou du cycle, proposer des ateliers en musculation relevant du poids de corps individuel sont autant de moyens permettant d’accéder à une pratique continue.

Le pôle technique : ce qui fait sens pour l’élève c’est la confrontation à une difficulté motrice, la maîtrise et la compréhension de principes techniques.

Dans cette optique, l’enseignant peut proposer des ateliers de difficultés croissantes à valider en lancer, permettre aux élèves de se situer dans un référentiel de difficultés en gymnastique.

Le pôle compétition : ce qui fait sens pour l’élève c’est la comparaison sociale.

Par exemples, course au score en sport collectif (en infériorité numérique ou par handicap), double score en sport de raquettes (points « bonus » et points à thème), formule défi en athlétisme…Toute centration sur la performance comparée est ici mobilisatrice.

Le pôle exploit : ce qui fait sens pour l’élève ce sont les sensations éprouvées, la reconnaissance par ses pairs.

Le plaisir en EPS

L’enseignant est amené à valoriser les actions spectaculaires en basket-ball, les prises de risque en gymnastique.

Toutes ces entrées possibles, séparées de façon formelle dans un souci de clarification, doivent (peuvent) être utilisées selon une logique combinatoire en fonction des caractéristiques des élèves. Certaines configurations de classe nécessitent parfois de proposer une formule de compétition collective où les exploits individuels sont valorisés (en gymnastique par exemple).

Une illustration en tennis de table

Voici comment on peut utiliser les pôles de signification selon une logique combinatoire afin de mobiliser tous les élèves de la classe.

Caractéristiques de la classe :

Nous sommes face à une classe de 5ème dans laquelle les relations entre les élèves sont plutôt bonnes, avec de nombreux élèves centrés sur la compétition. Cela peut entraîner parfois des tricheries, le non-respect de certaines consignes. D’une manière générale, les élèves de cette classe sont attentistes et prennent peu d’initiatives durant les leçons d’EPS. Par contre, la majorité des élèves prend  très souvent plaisir à se voir progresser au fil des leçons. On constate des difficultés au niveau moteur dans cette activité pour une grande partie de la classe.

Notre projet de formation disciplinaire avec cette classe est : développer la prise d’initiative et le sens des responsabilités grâce à la pratique physique.

Après une première leçon d’évaluation diagnostique en tennis de table, nous décidons d’entrer dans l’activité avec cette classe selon une logique combinatoire. En effet, nous allons entrer dans cette 2ème leçon de tennis de table avec une situation qui combine les pôles ludique, collectif, technique, compétition, exploit et activité personnelle. La situation s’intitule « Le partenaire en or » et nous allons justifier pourquoi les élèves s’engagent pleinement dans ce genre de situation.

Organisation de la situation d’apprentissage et consignes:

Se mettre par 2 (choisir son partenaire). L’objectif est de réussir le contrat fixé par l’enseignant avec son partenaire en 3 essais MAXIMUM. Le contrat est le suivant : faire passer la balle 4 fois au-dessus du filet sans faire la faute en jouant uniquement en coup droit.

JUSTIFICATION:

Ce pôle technique qui fait sens pour certains élèves est en lien avec la confrontation à une difficulté motrice, la maîtrise et la compréhension de principes techniques. Il s’agit de faire passer les élèves d’un alignement œil/balle/raquette/cible en jouant de face avec une tête de raquette dirigée vers le plafond (conduite typique du débutant) à une mise à distance pour frapper la balle à droite du corps (pour un droitier) avec une tête de raquette dirigée sur le côté.

• Si le contrat est validé en 1, 2 ou 3 essais, chaque joueur marque 10 points. Ils vont noter 10 sur la fiche de recueil des résultats (voir photo ci-dessous). Cette fiche est accrochée au mur ou posée sur un banc.

fiche observation eps lycee

Si le contrat n’est pas validé au bout des 3 essais, chaque joueur marque 1 point. Chaque joueur note alors 1 sur la fiche de recueil des résultats.

JUSTIFICATION:

Le fait de devoir noter ses résultats sur un fiche envoie au pôle activité personnelle : en effet, ce qui fait sens pour l’élève ce sont les informations recueillies sur sa pratique.

•  Ensuite, chaque joueur doit OBLIGATOIREMENT changer de partenaire pour retenter le contrat.

JUSTIFICATION:

Cette consigne renvoie au pôle collectif : ce qui fait sens pour certains élèves c’est l’appartenance au collectif dans une logique forte d’affiliation.

•  Le premier élève qui a tenté le contrat avec 12 partenaires différents annonce « STOP! » et bloque le jeu.

JUSTIFICATIONS:

Ce qui fait sens pour l’élève c’est le plaisir éprouvé par la pratique. Cela renvoie au pôle ludique : il s’agit d’aller le plus vite possible pour tenter le contrat avec 12 partenaires différents et bloquer le jeu (et toute la classe) en annonçant « STOP ! ».

De plus, prendre des initiatives pour trouver un autre partenaire rapidement est nécessaire dans cette situation. Cette notion de prise d’initiatives est importante au vue des caractéristiques de ces élèves (plutôt attentistes durant les leçons d’EPS) et de notre projet de formation disciplinaire avec cette classe. Pour rappel, il s’agit de développer la prise d’initiative et le sens des responsabilités grâce à la pratique physique.

•  On additionne alors les points de chaque élève afin de proclamer les résultats : le partenaire en or est l’élève qui a le plus grand total de points (possibilité de nommer un partenaire en argent et en bronze éventuellement). A la fin de la situation, le partenaire en or chez les filles et chez les garçons est annoncé devant la classe.

JUSTIFICATIONS:

Cette mise en œuvre fait référence aux pôles compétition (ce qui fait sens pour l’élève c’est la comparaison sociale) et exploit (ce qui fait sens pour l’élève ce sont les sensations éprouvées, la reconnaissance par ses pairs). De plus, ces 2 pôles sont très importants avec cette classe et ses nombreux élèves axés sur la compétition.

•  Un chemin de plots est matérialisé au sol proche des feuilles de recueil des résultats. Ceci  afin que les élèves se mettent en file indienne dans l’ordre d’arrivée pour noter leurs résultats.

tennis de table echauffement lycee

JUSTIFICATION:

Ce chemin de plots est mis en place pour éviter que certains élèves de cette classe trichent en passant devant les autres pour noter les résultats.

•  Avec des classes à grand effectif, il est fortement conseillé de mettre en place 2 ou 3 fiches de recueils des résultats afin d’éviter les « bouchons ». Par exemple, une feuille avec la première moitié de la classe par ordre alphabétique à un endroit et une autre feuille avec la deuxième moitié de la classe à un autre endroit.

2 fiches recueil de resultats tennis de table

•  Après avoir tenté le contrat avec un partenaire, il faut venir noter son résultat (10 ou 1) sur la feuille avant de choisir un autre partenaire. On ne peut pas tenter le contrat avec 3 ou 4 partenaires différents et venir noter tous les résultats d’un coup!

JUSTIFICATION:

J’insiste fortement sur le respect de cette consigne avec certains élèves de cette classe qui, pris dans le feu de l’action, sont susceptibles de contourner certaines règles.

Critères de réalisation pour cette situation

Pour réussir le contrat, jouer avec son partenaire en lui envoyant des balles assez lentes, au milieu de la table.

Pour frapper la balle en coup droit: frapper la balle à droite du corps pour un droitier (et non devant soi!) avec un geste réalisé de l’arrière vers l’avant. La tête de raquette est dirigée sur le côté (et non vers le plafond !). L’inclinaison de la raquette est neutre (elle« regarde » le partenaire en face). Il est nécessaire également d’accompagner la balle vers l’avant sans arrêter son geste après le contact balle/raquette.

Critère de réussite

Avoir marqué au moins 50 points quand le premier élève qui a tenté le défi avec 12 partenaires différents annonce « STOP! ».

Pour la leçon suivante: leçon n°3

Cette situation déjà connue sera reprise au début de la leçon n°3 (gain de temps au niveau de l’explication des consignes). Les 2 feuilles de résultats de la leçon n°2 seront affichés et les élèves pourront comparer leurs résultats entre la leçon n°2 et n°3.

JUSTIFICATIONS:

Cette mise en œuvre renvoie au pôle activité personnelle,  primordial avec cette classe qui prend du plaisir à se voir évoluer, progresser au fil des leçons. Ce qui fait sens pour l’élève ce sont les informations recueillies sur sa pratique et le développement de la connaissance de soi.

De plus, cela nous permet de continuer à travailler sur notre projet de formation disciplinaire grâce à cette situation.

fiche observation tennis de table lycee

A toi de tester maintenant les 7 pôles de signification…

Au travers de l’exemple « du partenaire en or », nous voyons que certaines situations d’apprentissage combinent plusieurs pôles de signification et du coup, sont souvent révélatrices du niveau d’engagement des élèves.

Le rôle de l’enseignant reste également déterminant : la façon de faire vivre les résultats d’une compétition, la qualité pour favoriser les interactions dans le groupe lors d’un challenge collectif, la capacité à mobiliser les élèves, les décisions prises pour constituer les groupes, sont autant de gages de réussite d’une entrée dans l’activité sur le plan opérationnel.

Je t’invite à essayer concrètement dans tes prochaines leçons d’EPS, en fonction des caractéristiques de ta classe, d’utiliser plusieurs pôles de signification avec tes élèves. Quels impacts observes-tu sur leur engagement, leur motivation ? Fais-nous part de tes expériences dans les commentaires ci-dessous…

Pour avoir bien en tête ces 7 pôles de signification lors de la préparation de tes leçons, tu peux télécharger le document PDF ci-dessous qui les résume.

[Contenu Privé ]

Cette partie de l'article est réservée aux membres privés du blog.

Tu peux devenir membre privé gratuitement et en un clic.


La page se rechargera automatiquement et tu auras accès à la suite de l'article. 

Si tu es déjà inscrit, tu ne recevras pas les emails en double 😉

Laisser un commentaire

Fermer le menu