Pour que l'EPS soit toujours un plaisir ...
Entrer dans la leçon d’EPS, dès la prise en main des élèves, par la compétence à atteindre

Entrer dans la leçon d’EPS, dès la prise en main des élèves, par la compétence à atteindre

Cet article a pour objectif de présenter ma stratégie d’enseignement lors de la prise en main des élèves juste après avoir réalisé l’appel.

En début de carrière, je les interrogeais sur ce qu’ils avaient fait lors de la leçon précédente. Ou je leur présentais directement ce qu’ils allaient faire durant la leçon du jour. Mais je constatais très souvent que cela ne prenait pas forcément de sens pour eux. Ils ne comprenaient pas pourquoi ils devaient faire telle ou telle situation d’apprentissage durant la leçon. J’avais le sentiment que je n’étais pas suffisamment explicite.  Les élèves ne pouvaient pas se projeter sur ce qu’ils devaient atteindre à la fin du module dans une APSA.

Alors depuis plusieurs années, j’ai changé ma manière de faire. Pour essayer d’être plus efficace dès le début de la leçon. Je leur pose une question juste après l’appel. Une question qui va me permettre de leur donner des repères sur ce qu’il y à apprendre durant tout le module dans une APSA. Une question qui leur permet également de savoir sur quels éléments portera l’évaluation de fin de module. Les réponses des élèves à cette question permettent de donner du sens à ce que je propose et à ce qu’ils font faire durant la leçon.

Cette question est la suivante : « Quels sont les 3 éléments fondamentaux de la compétence à atteindre à la fin du module ? »

La stratégie d’enseignement dès la première leçon

L’objectif est de rendre mon enseignement le plus explicite possible. Et d’essayer de donner du sens à ce que les élèves vont faire durant toute la séquence d’enseignement dans une APSA.

Pour cela, je leur présente, dès la première leçon, la compétence attendue dans l’activité en question. Elle est affichée au format A3 au tableau. A partir de cette compétence affichée, je leur demande quels sont, d’après eux, les 3 éléments fondamentaux de cette compétence? Chaque partie importante de la compétence attendue est alors inscrite sur une feuille A4 et affichée au tableau.

boxe francaise en EPS

Et ce sont ces 3 éléments qui vont me permettre, à chaque début de leçon, de justifier ce que vont faire les élèves dans la leçon du jour. Ils vont également me permettre de justifier les situations abordées et ce sur quoi ils seront évalués.

Ces 3 éléments restent affichés au tableau durant toute la leçon. Ceci pour que les élèves les gardent bien en tête. De plus, ils me permettent de faire des liens avec les situations proposées. Telle situation permet de travailler sur tel élément de la compétence attendue. J’interroge aussi les élèves à la fin d’une situation par exemple pour leur demander ce que la situation vécue permet de travailler.

Ainsi, en interrogeant les élèves au début de chaque leçon sur les 3 éléments fondamentaux de la compétence à atteindre, nous les gardons focalisés sur des points précis, ciblés. De plus, nous leur fournissons des repères sur ce qu’il y a à apprendre.

Par exemple, dans mon collège, en cycle 3 en 6ème en tennis de table, la compétence à atteindre pour les élèves est la suivante : « En simple, en jouant tout en coup droit, contre des adversaires de niveau proche, rechercher le gain des matchs en assurant la continuité de l’échange et en ayant l’intention de rompre l’échange le plus souvent possible grâce à des balles accélérées et/ou placées latéralement. Assurer le comptage des points et remplir une fiche d’observation sans erreur ».

D’où les 3 éléments fondamentaux :

1er élément : Assurer la continuité de l’échange.

2ème élément : Rompre l’échange le plus souvent possible grâce à des balles accélérées et/ou placées.

3ème élément : Assurer le comptage des points et remplir une fiche d’observation sans erreur.

Un exemple de leçon en tennis de table

Ma proposition s’appuie sur la 4ème leçon d’une séquence d’enseignement en tennis de table avec une classe de 6ème. Bien entendu, la même démarche est reprise dans les autres APSA programmées durant l’année scolaire. Juste après l’appel, j’interroge les élèves sur les 3 éléments fondamentaux caractérisant la compétence à atteindre.

Plusieurs élèves lèvent la main et j’interroge un élève qui me donne un élément. J’affiche alors la feuille A4 correspondante sur le tableau. Je fais la même chose dès qu’un élève me donne l’élément 2 et 3.

Je leur présente alors la leçon du jour : en échauffement, nous ferons « le défi de la ronde infernale » qui va nous permettre de travailler sur la continuité de l’échange, donc l’élément 1. Ensuite des « matchs avec l’adversaire décalé » pour travailler sur l’élément 2. Enfin, des « matchs avec 4 frappes obligatoires » qui vont permettre de travailler sur les 3 éléments en même temps.

3 éléments fondamentaux en tennis de table au cycle 3

S’enchaînent donc durant cette leçon n°4 des temps d’enseignement ciblés sur un problème à résoudre (une partie de la compétence) et un temps d’enseignement global. Ce dernier permet de mobiliser les connaissances, capacités et attitudes exigées à ce premier niveau de formation au collège. Les situations ciblées permettent à l’élève de compléter son stock de ressources afin de les réinvestir dans une « situation complexe ».

Situation 1 (échauffement) : LE DÉFI DE LA RONDE INFERNALE

Les élèves entrent directement dans l’activité par un échauffement spécifique, sans passer par un échauffement général, afin d’optimiser le temps de pratique raquette en main. En effet, au niveau scolaire, en tennis de table, la dépense énergétique physique est moins importante que la dépense psychique.

But pour l’élève:

Assurer la continuité de l’échange en coup droit afin de faire passer le plus de fois possible la balle au-dessus du filet sans faire de faute.

Organisation:

4 élèves par table (2 de chaque côté de la table), 1 balle par table. Les groupes de 4 sont hétérogènes en leur sein mais homogènes entre eux. Ceci afin de préserver l’égalité des chances de remporter le défi sur chacune des tables. Cette organisation permet aux élèves ayant encore du mal à renvoyer de recevoir des balles assez lentes, en cloche, de la part des partenaires plus débrouillés.

Le 1er élève sert puis va se placer de l’autre côté de la table. Le 2e élève renvoie en coup droit puis va se placer de l’autre côté de la table. Et ainsi de suite…

Les élèves essayent d’établir un record. A chaque faute commise, le score retombe à zéro. Au bout de 5 minutes, l’enseignant fait cesser le jeu. Il fait le point avec les élèves sur les scores obtenus. Puis, il reprécise certains critères de réalisation. Ensuite les élèves refont l’exercice pendant 5 minutes. À l’issue de cet échauffement de 10 minutes, chaque groupe annonce son meilleur record. L’enseignant désigne alors la table gagnante.

Critères de réalisation:

• Frapper la balle sur le côté (à droite du corps pour un droitier) en coup droit avec la tête de raquette orientée vers le côté (et non vers le plafond).

• Faire un geste de l’arrière vers l’avant et accompagner le geste après le contact balle/raquette avec une inclinaison de raquette neutre ou légèrement fermée.

• Pour assurer la continuité de l’échange, envoyer des balles au milieu de la table et assez lentes avec une trajectoire montante afin de laisser le temps à ses partenaires de faire le tour de la table.

Critère de réussite:

Faire passer au moins 10 fois la balle au-dessus du filet sans qu’aucun des 4 élèves ne commette une faute (balle envoyée dans le filet ou en dehors de la table).

Ce qu’il y a à apprendre (connaissances, capacités et attitudes) :

Voir le document à télécharger à la fin de l’article.

Complexification:

Se mettre à 3 par table : cela nécessite de se déplacer plus vite pour faire le tour de la table.

Avant de passer à la 2ème situation, les élèves sont interrogés sur l’élément fondamental de la compétence attendue qu’ils ont travaillé au cours de cet échauffement (« Assurer la continuité de l’échange»).

Si cela t’intéresse, tu peux trouver d’autres situations d’échauffement dans mes 2 articles « Quelles situations pour l’échauffement en tennis de table au collège? » et « Quel échauffement proposer en tennis de table au lycée? ».

Situation 2: REPÉRER L’ADVERSAIRE DÉCALÉ

Cette situation ciblée se centre principalement sur le 2ème élément fondamental de la compétence attendue : « Rompre l’échange le plus souvent possible grâce à des balles accélérées et/ou placées ».

But pour l’élève:

Marquer le point lorsqu’on est serveur en profitant de la position décalée de l’adversaire après sa remise de service.

Organisation:

3 élèves par table (2 joueurs et 1 arbitre), 1 balle et 4 plots plats par table. Les plots sont posés au sol, 2 dans le camp de chaque joueur. L’un, côté coup droit, l’autre, côté revers, pratiquement dans le prolongement de la ligne de fond de table, à environ 50 cm de la table.

EPS au college tennis de table

Les élèves font un match en 1 manche de 11 points avec changement de serveur tous les 2 points. L’élève relanceur doit obligatoirement, après la remise de service, c’est-à-dire après avoir renvoyé le service de son adversaire, aller toucher avec sa raquette un des 2 plots. Puis,

le jeu continue sans contrainte particulière (le relanceur ne doit plus toucher de plot pour la suite de l’échange). L’arbitre compte les points et vérifie que le relanceur touche bien un plot avec sa raquette après sa remise de service. Dans le cas contraire, l’arbitre arrête l’échange et donne le point au serveur.

Critères de réalisation:

Prendre une information sur la position décalée de l’adversaire après sa remise de service : quel plot va-t-il toucher avec sa raquette ? En fonction de cette information :

– jouer à l’opposé dans l’espace libéré. Par exemple, si l’adversaire va toucher le plot posé sur son côté coup droit, envoyer la balle à l’opposé avec une trajectoire rasante. Donc dans sa zone revers et, si possible, en visant le petit côté revers afin de lui imposer un très grand déplacement l’empêchant de renvoyer la balle.

– si l’adversaire anticipe et se précipite vers la zone opposée juste après avoir touché un plot, rejouer au même endroit (donc le prendre à contre-pied).

Critère de réussite:

Marquer au moins 1 point sur 2 lorsqu’on est serveur.


Ce qu’il y a à apprendre (connaissances, capacités et attitudes) :

Voir le document à télécharger à la fin de l’article.

Complexifications:

• Poser de chaque côté de la table des plots hauts (et non plats) afin de diminuer le déséquilibre du relanceur et donc réduire le temps qu’aura le serveur pour s’informer et tenter de déborder son adversaire.

• Rapprocher les 2 plots plats de la table (les poser dans le prolongement des lignes latérales).

• Le relanceur touche un des 2 plots soit après sa remise de service (comme dans la situation initiale) soit après avoir joué le coup suivant (après sa 2ème frappe).

Situation 3: LES 4 FRAPPES OBLIGATOIRES

Cette situation complexe aborde simultanément les 3 éléments fondamentaux de la compétence à atteindre.

But pour l’élève:

Réaliser 2 frappes sans faire la faute avant de pouvoir marquer le point.

Organisation:

4 élèves par table (2 joueurs, 1 arbitre et 1 observateur), 1 balle par table. Les élèves disputent un match au temps (3 minutes) durant lequel les points débutent par 4 frappes neutralisées (2 par joueur) et le jeu libre est possible uniquement à partir de la 5ème frappe (3ème frappe pour le serveur). Les élèves ne peuvent donc marquer le point que lorsque qu’ils ont frappé la balle 2 fois chacun. S’il y a une faute avant les 4 frappes, aucun joueur ne marque de point.

Assurer la continuité de l'échange en tennis de table

Ils changent de serveur tous les 2 échanges, qu’il y ait point ou pas. L’élève qui a le score le plus élevé à la fin des 3 minutes est déclaré gagnant. Un 3ème élève arbitre et un 4ème observe en remplissant la fiche de score (exemple ci-dessous).

Fiche de score tennis de table

Précaution à prendre:

Certains élèves « petits malins », ayant marqué quelques points et menant au score, peuvent ensuite, pour gagner du temps et remporter le match, faire semblant de perdre l’échange sur la 1ère ou 2ème frappe (car le point ne comptera pas).

Pour éviter ce type de comportement, on proposera des matchs par équipes avec totalisation des points, durant lesquels chaque élève doit rapporter le maximum de points à son équipe pour espérer la victoire finale. Les élèves n’ont alors plus aucun intérêt à faire de faute volontaire. Pour cela, on divise la classe en 2 équipes hétérogènes en leur sein mais homogènes entre elles, les joueurs étant munis de chasubles (une couleur par équipe).

Pour le 1er match, un joueur de l’équipe rouge choisit un joueur de l’équipe bleue pour l’affronter sur la table 1 pendant qu’un autre joueur de l’équipe rouge choisit un autre joueur de l’équipe bleue sur la table 2, etc. Ceux qui ne jouent pas au premier tour arbitrent ou observent à l’aide de la fiche de score.

À la fin des 3 minutes, on additionne les points marqués sur chaque table par tous les élèves de l’équipe rouge et les points marqués par tous les joueurs de l’équipe bleue.

EPS tableau de résultats

L’équipe ayant marqué le plus de points marque 1 point. Puis, les 2 équipes commencent les matchs du 2ème tour avec, cette fois-ci, les élèves de l’équipe bleue qui choisissent les élèves de l’équipe rouge, la priorité étant donnée aux élèves arbitres et aux observateurs n’ayant pas joué au 1er tour. L’équipe qui marque 3 points l’emporte. Dans chaque match et sur chaque table, chaque point peut avoir une importance lors du décompte final, même si le joueur connaît parfois par avance l’issue de la partie contre certains adversaires (plus forts ou plus faibles).

Critères de réalisation:

• Renvoyer régulièrement la balle sur la demi-table adverse lors de ses 2 premières frappes sans chercher à déstabiliser son adversaire.

• Profiter d’une situation favorable (à partir de la 3e frappe) pour rompre l’échange par une balle placée latéralement ou accélérée.

Critère de réussite:

Le score total de la rencontre (addition des points des 2 adversaires) sur 3 minutes est d’au moins 6 points. En effet, si le nombre de points marqués par le duo est élevé, cela signifie qu’ils n’ont pas souvent fait de faute lors des 4 premières frappes, donc qu’ils sont capables d’assurer la continuité de l’échange.

Ce qu’il y a à apprendre (connaissances, capacités et attitudes) :

Voir le document à télécharger à la fin de l’article.

Intérêts de cette situation:

• En fonction des scores aux différentes tables, il est facile d’identifier les élèves qui ont encore du mal à assurer la continuité de l’échange en coup droit. En effet, les scores sont peu élevés. Par exemple, 2-1 au bout de 3 minutes de match. Les élèves qui parviennent à assurer la continuité de l’échange avant de le rompre ont des scores plus élevés à la fin du match : par exemple, 7-5. Les apprenants disposent donc d’une évaluation personnalisée du niveau de réalisation atteint.

• Cette situation permet aux élèves de se rendre compte de la différence entre la continuité et la rupture dans un échange (recherchée après 4 frappes neutralisées). Cela leur permet de différencier en acte jouer avec et jouer contre.

A toi de tester maintenant une entrée par la compétence à atteindre!

Grâce à cet exemple d’une leçon de tennis de table, j’espère que tu as bien compris les liens que l’on peut faire entre les situations d’apprentissage proposées dans une leçon et les éléments fondamentaux de la compétence à atteindre.

Cela te permet d’être plus explicite dans ton enseignement. Et les élèves vont donner du sens à ce qu’ils font durant la leçon.

Je t’invite à essayer concrètement , dans l’APSA de ton choix, cette entrée par la compétence à atteindre. Que remarques-tu comme réactions positives chez tes élèves? Est-ce qu’ils comprennent mieux pourquoi ils font telle situation d’apprentissage? Fais nous part de tes expériences dans les commentaires ci-dessous.

Si tu souhaites avoir le tableau récapitulatif des connaissances, capacités et attitudes développées au cours des 3 situations présentées dans cet article, tu peux télécharger le document PDF ci-dessous.

[Contenu Privé ]

Cette partie de l'article est réservée aux membres privés du blog.

Tu peux devenir membre privé gratuitement et en un clic.


La page se rechargera automatiquement et tu auras accès à la suite de l'article. 

Si tu es déjà inscrit, tu ne recevras pas les emails en double 😉

Cet article a 1 commentaire

  1. Bj je m’appelle walid je suis enseignant d’eps dans un college en Tunisie ,votre travail me plait beaucoup j’aime bien savoir l’organisation d’une séance d’eps chez vous.par exemple une séance d’apprentissage de saut en longueur :l’organisation des situations et le rôle des élèves .merci pour votre effort.

Laisser un commentaire

Fermer le menu