Pour que l'EPS soit toujours un plaisir ...
5 techniques pour réduire le stress et réussir son concours (CAPEPS, CAPES, CRPE, agrégation)

5 techniques pour réduire le stress et réussir son concours (CAPEPS, CAPES, CRPE, agrégation)

Tu te sens stressé(e) à l’approche de l’échéance d’un concours? Tu doutes sur ton niveau actuel et la possibilité d’atteindre ton objectif? Tout le monde a déjà ressenti cela à l’approche d’un événement important, surtout si tu t’y prépares depuis des mois ou même des années…

Cette interview de Sarah CABERO, formatrice en sophrologie, a pour objectif de t’apporter des outils concrets, des techniques simples pour vivre au mieux l’évènement pour lequel tu te prépares et décrocher ton concours 😉

Si tu as des questions, des remarques suite à cette interview, tu peux les laisser dans la partie commentaires sous la vidéo YouTube ou dans les commentaires en bas de cet article 😉 Je t’invite également à apporter « ton pouce à l’édifice » en cliquant sur le pouce bleu sous la vidéo YouTube afin d’améliorer le référencement de cette interview.

Si tu souhaites découvrir le cadeau dont parle Sarah dans l’interview et les formations qu’elle propose qui vont t’aider à atteindre ton objectif, rendez-vous tout en bas de la page de cet article 😉

Maintenant, 3 possibilités s’offrent à toi pour suivre cette interview: la vidéo YouTube (lien ci-dessous), la bande son (en dessous du lien vidéo) ou l’article (en dessous de la bande son).

Réussir le CAPEPS agrégation EPS

Tu souhaites écouter cette interview sous forme de podcast? Par exemple, dans les transports en commun ou pendant ton footing, pendant une balade dans la nature…Clique sur le bouton ci-dessous:

Les 5 techniques pour réussir son concours, ses examens, son entretien, sa compétition sportive

Régis GALEK: Salut à toi, j’accueille aujourd’hui Sarah CABERO qui est formatrice en sophrologie. Tout d’abord merci à toi Sarah d’avoir accepté cette interview.

Sarah CABERO : Merci beaucoup de m’accueillir et bonjour à tout le monde.

R.G : Je voulais vraiment faire cette interview avec toi aujourd’hui pour les membres de ma communauté qui me suivent sur mon blog « EPS Régal » et sur ma chaîne YouTube. Un certain nombre d’entre eux sont admissibles au concours, soit aux oraux du CAPEPS soit aux oraux de l’Agrégation Interne. Et il est vrai qu’ils peuvent ressentir un certain stress à l’approche de cet événement. Je les comprends car moi-même en 2003, j’ai passé mon CAPEPS et j’étais vraiment très tendu avant le grand oral de leçon qui était coefficient 4. J’avais des crampes d’estomac pendant plusieurs heures avant cet oral. Je n’avais pas de technique vraiment concrète pour essayer de faire passer ce mal de ventre et cette pression. L’échéance approchant, j’étais vraiment de plus en plus mal au fil des heures qui passaient. C’est pour cela qu’aujourd’hui je fais appel à toi pour que tu puisses nous donner des outils concrets pour gérer ce genre d’événement.

stress et concours

Sur mon blog, j’adore partager des outils vraiment concrets et des choses qui fonctionnent sur le terrain. C’est ma ligne de conduite. J’adore les choses concrètes et je voulais vraiment aujourd’hui que tu nous proposes des situations ou des petits exercices pour gérer ce stress et aborder au mieux ses oraux ou ses examens. Ces outils vont être utilisables bien entendu pour les professeurs d’EPS (Éducation Physique et Sportive) ou pour les futurs, donc les étudiants STAPS qui passent le concours. Et aussi pour les professeurs d’autres matières qui passeraient un concours. Et également pour des gens qui vont, à un moment donné, se préparer à un événement particulier. Je pense à un entretien d’embauche par exemple ou un autre événement assez important pour eux, pour lequel ils se préparent depuis des mois voire des années. Il y a une certaine pression à ce moment-là et c’est pour ça qu’aujourd’hui, grâce à toi, on va pouvoir aborder ces événements d’une façon beaucoup plus sereine.

Pour commencer, est ce que tu peux déjà te présenter Sarah ?

S.C : Je suis Sarah CABERO, formatrice en sophrologie, PNL Coaching, Énergie et Médiumnité depuis 10 ans. J’ai des formations en ligne sur internet et aussi en présentiel. J’ai accompagné pas mal d’enseignants pour leurs élèves et pour eux-mêmes. Du coup, on va pouvoir aujourd’hui effectivement faire des exercices de sophrologie, de PNL Coaching et ça va être super intéressant.

concours EPS

R.G : D’accord, donc tu as accompagné des enseignants qui utilisent ces techniques-là. Déjà pour eux dans un premier temps et aussi pour leurs élèves ?

S.C : Oui c’est bien cela.

R.G : D’accord, c’est super. Tu as aussi écrit quelques ouvrages il me semble sur la sophrologie ?

S.C : Oui, des livres pour les adultes et des livres pour les enfants aussi.

R.G : D’accord, super. Restez bien jusqu’à la fin de l’interview parce Sarah nous a préparé une petite surprise. Il s’agit d’un cadeau donc je vous conseille vraiment de rester jusqu’au bout. De plus, il va y avoir des outils vraiment très concrets qui vont pouvoir vous aider.

Sarah, à quoi peut servir la sophrologie et plus particulièrement à quoi peut-elle servir dans le cadre de la préparation à un concours ?

S.C : La sophrologie va servir à se sentir beaucoup moins stressé. Parce que lorsqu’on passe un examen, je ne sais pas évaluer la proportion exacte, mais très souvent, quand on le rate c’est vraiment une question de stress. Le cerveau enregistre quasiment tout ce qu’il apprend et il range les informations apprises à différents endroits qui deviennent, hélas, inaccessibles en cas de stress.

réussir le CAPEPS

Donc, aujourd’hui nous allons faire des exercices qui vont permettre justement d’aller faire confiance à son cerveau, à son inconscient parce qu’il enregistre tout. Et aussi des exercices pour être beaucoup plus zen, beaucoup plus serein pendant les examens. Donc quand on va être plus zen et plus serein, on va avoir accès à toutes les informations dont on a besoin et on va avoir beaucoup plus de chances de réussir cet examen.

R.G : D’accord. Tu me disais tout à l’heure lors de la préparation de cette interview que finalement c’est lorsque l’on se projette dans la situation que cela engendre du stress. Parfois on se projette de manière négative, on pense que l’on va oublier ses mots, ne pas savoir répondre à telle ou telle question etc. Tout cela est source de stress.

S.C : Oui, c’est normal parce que notre cerveau se prépare psychologiquement à vivre tout ce qu’il peut imaginer, voire avoir une parade en cas de problème. Sauf que quelques fois, cela prend beaucoup trop de place. Le stress est normal en fait, il est humain. Par exemple, quand quelqu’un va jouer une pièce de théâtre même si ça fait 20 ans qu’il fait du théâtre, il va quand même stresser. Mais il s’agit en fait d’une question de dosage, tout simplement. L’objectif étant que si un stress est là, il doit être moteur et pas quelque chose qui ralentisse.

R.G : Il en faut un petit peu avant de monter sur scène ou avant de passer un oral. Ça donne aussi un petit coup d’adrénaline, un petit coup de « boost » qui nous permet aussi d’être meilleurs. Mais si, à un moment donné, le stress est trop important c’est là où on risque de s’effondrer ou avoir le fameux « trou noir ». D’autant plus que la situation est souvent très importante pour les candidats. Je pense aux étudiants qui passent le CAPEPS. Pour eux, c’est vraiment un enjeu hyper important puisqu’on passe d’étudiant avec une situation « un peu précaire » à un moment donné à un statut de fonctionnaire, si l’on réussit le concours. Je pense aussi aux collègues qui passent l’Agrégation qui, souvent, font beaucoup de sacrifices pendant des mois, des années notamment au niveau familial. Ils passent beaucoup de temps à réviser la journée avec les enfants et la famille à gérer etc. et c’est vrai que ça met aussi la pression. En ayant fait tous ces « sacrifices », ils veulent absolument avoir le concours. Et souvent, tout se joue sur 1 ou 2 oraux et donc c’est là qu’il faut réussir à gérer ces quelques heures décisives.

S.C : Et c’est ce qu’on va apprendre à faire aujourd’hui !

Première technique pour réduire le stress : le contracter-relâcher

relaxation EPS

R.G : Super ! J’ai bien fait de t’inviter ! (rires).

Sur mon blog mon objectif est de proposer des ressources concrètes pour les étudiants comme pour les collègues. Est-ce que toi tu as des techniques vraiment concrètes pour se préparer au mieux pour les oraux ?

S.C : Oui et on va utiliser des exercices de sophrologie pour aller justement transformer la vision que l’on a de la situation pour ne plus qu’elle soit négative mais qu’elle devienne une ressource positive. On va apprendre à effectuer des exercices de respiration pour ralentir le rythme cardiaque et cérébral. Car lorsqu’on est zen, le rythme est beaucoup plus diminué que lorsqu’on est stressé, le rythme est en pics. Par exemple, quelqu’un qui passe le permis de conduire, ce qu’on va faire en séance de sophrologie, c’est une première partie où on va relaxer la personne.

Donc induire la lourdeur, la chaleur, l’engourdissement sur toutes les parties du corps pour que la personne soit bien détendue pour une vingtaine de minutes. Ainsi, quand la personne est profondément relaxée, on accède beaucoup plus facilement à l’inconscient et on va pouvoir mettre un message positif. Concernant le permis de conduire on va imaginer passer le permis de conduire, être dans la voiture avec l’examinateur à côté, mettre sa ceinture… En somme, on visualise toutes les étapes jusqu’à l’obtention du petit papier en passant par l’appel à la famille, aux amis, annonçant la bonne nouvelle. Que se passe-t-il à ce moment-là ? Le corps a vraiment l’impression de vivre ce moment-là, parce qu’au niveau émotionnel le corps ressent l’impression d’avoir réussi. Donc quand la situation deviendra réelle et que la personne va passer réellement le permis de conduire, cela sera beaucoup moins stressant parce que le corps ayant ressenti de l’émotion positive aura l’impression d’un déjà vu.

R.G : Si je résume, la première étape est se relaxer, par différentes méthodes que tu as mentionnées, à savoir la chaleur, la lourdeur et le contracté-relâché aussi. A titre d’exemple, avec mes élèves j’utilise la technique de Jacobson (contracter-relâcher) : je leur demande de contracter fortement le poing, de sentir toute la tension et ensuite de relâcher…puis ensuite avec les autres parties du corps.

Donc, se relaxer en premier et ensuite visualiser de manière positive la situation. Pour exemple, après celui du permis de conduire, on peut pour un oral s’imaginer deux ou trois questions du jury et se voir en train d’y répondre de manière pertinente et positive.

S.C : Oui c’est très important. Effectivement la manière Jacobson est très intéressante. Je te donne ma technique pour l’utiliser : on inspire profondément, ensuite on va contracter très très fort les poings, les bras, les abdos, les jambes, les orteils, bref tout le corps même en faisant des grimaces. Je contracte, je contracte et à l’expiration on lâche tout. On fait cela trois ou quatre fois de suite, sans aller jusqu’à la tête qui tourne! Cela permet de relâcher la pression.

Par exemple, les enfants qui sont en colère tapent du poing sur la table, se roulent par terre, etc. Si on les laisse faire, au bout de quelques minutes l’émotion passe. Chez les adultes aussi, l’émotion devrait passer au bout de quelques minutes, sauf qu’en fait, l’émotion est toujours là parce que les adultes essaient de la contrôler et du coup, ne la laissent pas sortir. Du coup, elle a tendance à durer inlassablement.

Deuxième technique : un exercice de sous-modalités

EPS et relaxation

R.G : Ici, donc nous avons une première piste, être capable de contracter puis de tout relâcher. Est-ce que tu as d’autres outils à nous proposer, par exemple un exercice il me semble de sous-modalités que tu avais évoqué hors interview ?

S.C : J’aimerais te prendre en cobaye et prendre en cobaye également nos lectrices et lecteurs qui pourront nous indiquer en commentaire ce qu’ils ont ressenti et comment ils ont vécu l’expérience.

Régis, pense à l’image d’une situation qui te stresse.

R.G : Alors bon, je suis pongiste, je fais du tennis de table depuis plusieurs années et il est vrai qu’avant certains matchs je peux aussi ressentir une certaine pression, un certain stress. Notamment sur des matchs qui sont importants. Donc, on pourrait prendre cette situation concrète. De plus, les membres de ma communauté sont aussi très sportifs donc je pense qu’ils vont aussi se retrouver dans ces moments-là avant compétition. C’est un peu comme avant un oral, c’est un moment important et on peut ressentir un stress.

S.C : Donc ce que tu vas faire c’est de regarder le plus loin possible devant toi et tu vas imaginer un écran de télévision.

R.G : Juste avant de faire l’exercice, on peut le faire debout ? Assis ?

S.C : Peu importe.

R.G : D’accord, ok.

S.C : Et puis à ce moment-là dans cet écran tu vas voir ce qui te vient en tête, quelle est l’image qui te vient quand tu penses à ce prochain match qui est hyper important et tu vas dire si cette image est plutôt grande ou plutôt petite ?

R.G : Elle est moyenne pour le moment.

S.C : Et est-ce qu’elle est plutôt figée ou plutôt comme un film ?

R.G : Non elle est figée, immobile, elle ne bouge pas.

S.C : Et est-ce que tu te vois sur l’écran ? Est-ce qu’il y a des gens ?

R.G : Pour le moment je ne vois qu’une table de tennis de table et il n’y a personne.

S.C : D’accord. Est-ce qu’il y a du bruit ? Des sons ?

R.G : Il y a un peu de public, c’est vrai.

S.C : Maintenant tu vas imaginer que tu as une télécommande ou bien des boutons de réglages devant toi et tu vas aller tourner tes boutons de manière à ce que l’image devienne super agréable. Donc on va commencer par ajouter peut-être plus de clarté, plus de couleurs ou bien si tu pouvais régler les contrastes, la lumière peut-être.

Vois si tu peux rajouter du bruit, une petite musique de fond ou des applaudissements. Vois ce qui te fait du bien de rajouter dans cette image avec des boutons de réglage et puis vois si tu peux le faire devenir un film aux couleurs agréables. L’image s’élargit, tu mets dans cette image tout ce qui peut vraiment te faire du bien par rapport à cette situation, ce qui te rendrait heureux. Tu peux mettre aussi une odeur, c’est important pour les personnes qui sont olfactives, une odeur que tu aimes bien. Comment tu te sens à regarder ton image ou ton film ?

R.G : J’ai envie d’aller jouer, ça y est ! (rires). Je me sens bien, j’ai visualisé des points où j’ai gagné, le public était content, ça me donne envie d’y aller.

S.C : Ça se voit tu as le sourire, c’est cool (rires). Voilà cet exercice-là est terminé. C’est un exercice très rapide à faire, je vous encourage à le faire dans n’importe quelle situation. Dès que vous sentez que vous allez vivre une expérience qui vous génère du stress ou quelque chose de pas agréable dans le corps faites cet exercice. Et vous allez voir que ça va vous faire beaucoup de bien.

R.G : En fait, c’est de la visualisation et en essayant vraiment de tourner la situation au positif.

S.C : Oui, en fait, la PNL part de ce que l’on vit vraiment en soi. Ce ne sont surtout pas des techniques qui ont été inventées mais elles ont été découvertes. C’est-à-dire que des chercheurs ont analysé comment une personne fait pour réussir ou échouer quelque chose et ce qu’il se passe dans leur système de pensée. Et en fait, on se rend compte justement après des exercices comme celui-ci, que l’on peut analyser ces systèmes de pensée et transformer quelque chose qui nous semble négatif en positif.

preparer agregation EPS

Donc ça c’est une technique de PNL « Programmation Neuro-Linguistique » qui fait partie de la formation « Devenez Coach PNL » que je propose sur mon site internet.

Troisième technique : une séance de sophrologie

R.G : Ce qu’on rappelle à nos lecteurs, c’est que tu es formatrice en sophrologie. Est-ce qu’il y a une différence entre la PNL et la sophrologie ? Cela donnerait quoi si on axait davantage cet exercice sur la sophrologie que sur la PNL ?

S.C : les deux sont très importants dans ce que les personnes qui te suivent vont vivre comme expérience c’est-à-dire passer des concours. Là, on va faire une séance de sophrologie complète qui va durer une vingtaine de minutes et qui va permettre justement, comme je disais tout à l’heure, d’induire l’odeur, la chaleur, l’engourdissement pour obtenir une réelle relaxation profonde. Et après, je vais inclure un message qui va être de faire confiance à son cerveau (qui intègre toutes les données qu’il a apprises) pour que vous puissiez y avoir accès facilement et être serein le jour de l’examen. Donc on va faire cette séance-là ensemble.

Donc, là, je vous conseille vraiment de couper les téléphones parce que ça va durer un moment, mettez une petite couverture sur vos genoux, buvez un verre d’eau avant, si besoin allez aux toilettes pour vraiment vous sentir détendu(e) et pouvoir vivre cette séance le mieux possible. […]

R.G : Même question, cela peut-il se faire assis ? Debout ? Couché ?

S.C : L’idéal c’est d’être assis ou allongé. Entre parenthèses, ce sont des choses que l’on fait en préparation avant et on verra aussi des choses que l’on peut faire juste avant de passer la porte de l’oral. Déjà ici, la méthode Jacobson est très intéressante pour relâcher la pression.

R.G : Donc là, ce que tu vas nous proposer, c’est plus à faire sur les semaines qui précèdent l’événement ou l’oral et se préparer de manière positive au niveau psychologique.

S.C : Oui, l’exercice que l’on va faire peut se faire une fois ou bien une fois chaque semaine ou même deux fois par semaine si vous en ressentez le besoin. Chacun gère par rapport à ses ressentis et ce qu’il va vivre. […]

Une séance de sophrologie pour prendre confiance en soi et envisager la réussite

seance sophrologie college lycee

Installez-vous le plus confortablement possible. Vous avez vérifié que rien ne vous gênait et vous fermez les yeux. Pour vous isoler du monde extérieur, je vous invite à respirer profondément de la manière suivante : vous inspirez par le nez, lentement, bien à fond.

Vous bloquez l’air dans les poumons le plus longtemps possible en ressentant la pression dans tout votre corps puis vous expirez lentement par le nez. Vous ressentez la détente et en même temps vous imaginez que vous rejetez tout ce qui pourrait vous préoccuper. En même temps que vos poumons, vous videz votre tête. Vous faites cette respiration trois fois. Allez-y.

Quand vous êtes prêts, vous reprenez votre rythme respiratoire normal. Vous vous dîtes intérieurement : je suis calme, je suis très calme, très calme. Vous ne pensez plus à rien. Vous vous concentrez sur mes mots et vous détendez tous vos muscles, comme si tout votre corps se ramollissait. Je suis calme, je suis très calme. Vous ressentez le bien-être que vous apporte cette détente.

Nous allons maintenant approfondir cette détente en visitant l’ensemble de nos muscles segment par segment. Vous commencez par détendre les muscles du front, les petits muscles autour des yeux, autour de la bouche, vous décrispez la mâchoire, la langue, au besoin, vous les faites fonctionner un peu pour mieux les détendre, les muscles des joues, même la peau de votre visage se lisse et se détend.

Relâchez les muscles du cou et les épaules. Vos épaules s’abaissent et se détendent. Laissez descendre cette détente sur le dessus de vos bras jusqu’au bout des doigts. Maintenant les muscles du dos, descendez le long de votre colonne vertébrale et détendez tous vos muscles. Détendez ces muscles qui vous soutiennent à chaque instant qui sont constamment en tension. Arrivé en bas, vous remontez pour essayer de faire encore un peu mieux. A présent, détendez votre buste et votre thorax, sentez la cage thoracique se desserrer, les côtes prendre toute leur place. Détendez également la face interne de vos bras jusqu’à la paume des mains.

Détendez maintenant votre abdomen, sentez vos organes internes se détendre les uns après les autres laissez bien retomber le ventre. Détendez les muscles fessiers, puis les hanches. Sentez votre bassin s’ouvrir et profitez de cette détente. A présent, la détente se déploie dans vos jambes, le long de vos cuisses, de vos mollets jusqu’au bout des doigts de pieds.

Tout votre corps est maintenant bien détendu. Votre respiration est calme et régulière et votre cœur bat calmement. Chaque inspiration, chaque expiration calme et régulière comme le flux et le reflux de la mer aux commandes de votre état de relaxation. Votre visage est tellement détendu que vos paupières sont lourdes, très lourdes vous n’avez plus du tout envie d’ouvrir vos yeux. Dès maintenant, vous êtes tellement relaxé que les bruits extérieurs ne peuvent plus vous gêner. Si vous les perceviez ils ne pourraient qu’augmenter votre état de relaxation. Tout ce que vous percevez contribue à votre relaxation.

Si vous le voulez bien, concentrez-vous à présent sur votre bras droit, vous ne pensez plus qu’à votre bras droit et vous imaginez qu’il devient lourd, très lourd, très très lourd. Vous le sentez s’alourdir comme s’il était soudain devenu de plomb. Ensuite vous reportez votre attention sur votre bras gauche, vous imaginez cette même lourdeur dans le bras gauche et vous sentez ce bras s’alourdir. Il devient lourd, très lourd, de plus en plus lourd, comme du plomb, lourd très lourd.

Vos deux bras sont lourds et cette lourdeur atteint maintenant votre buste, votre dos, elle descend au niveau de votre abdomen, tout votre buste, votre dos et votre abdomen sont lourds. Cette lourdeur investit à présent votre bassin. Votre bassin devient lourd, très lourd. Puis c’est la jambe droite qui devient lourde, très lourde. De plus en plus lourde. Puis c’est la jambe gauche. Elle devient lourde, très lourde, de plus en plus lourde.

Tout votre corps est lourd, très lourd. Vous le sentez peser sur votre chaise ou le matelas, comme s’il voulait s’y enfoncer, comme s’il était attiré par le centre de la terre. Tellement lourd que vous avez l’impression qu’il vous serait impossible de le déplacer et cette lourdeur vous apporte un très grand calme, une merveilleuse sérénité. Vous êtes de plus en plus détendu, de plus en plus calme.

Maintenant, vous vous concentrez à nouveau sur votre bras droit, toute votre attention est sur votre bras droit, et vous imaginez qu’il devient chaud, très chaud. Comme si un rayon de soleil le réchauffait et vous sentez cette onde de chaleur qui le parcourt d’un bout à l’autre. Chaud, agréablement chaud. Puis vous imaginez cette même chaleur sur le bras gauche. Votre bras devient chaud, très chaud. Agréablement chaud.

Vos deux bras sont chauds et cette douce chaleur se répand maintenant sur votre buste, votre dos. Elle descend au niveau de votre abdomen. Tout votre buste, votre dos et votre abdomen sont chauds. Cette chaleur descend maintenant dans votre bassin. Votre bassin devient chaud ensuite la jambe droite. Elle devient chaude, chaude. Agréablement chaude. Après la jambe gauche, elle devient chaude à son tour. Chaude, chaude. C’est tout votre corps qui est devenu chaud, agréablement chaud.

Cette douce chaleur vous apporte encore plus de calme et encore plus de sérénité. Vous vous sentez merveilleusement bien comme si vous étiez dans un autre monde, un monde fait de calme, de sérénité, de paix intérieure. Maintenant je vais compter jusqu’à 10 et au fur et à mesure que je vais compter les différentes parties de votre corps vont s’engourdir et à 10 votre corps sera totalement engourdi.

Je compte 1, 2, vous sentez un léger engourdissement à vos deux bras. 3, 4, vous sentez un léger engourdissement dans votre buste puis dans votre bassin. 5, 6, vous sentez cet engourdissement dans vos deux jambes. 7, 8, l’engourdissement est maintenant de plus en plus fort dans tout votre corps. 9, 10, l’engourdissement est maintenant total. Tout votre corps est engourdi. Vous ne le sentez plus et c’est très agréable.

Votre esprit par contre a gardé toute sa lucidité et sa vigilance. Vous êtes au plus profond de votre détente. Le grand calme c’est comme un merveilleux bouclier psychique qui vous protège de toutes les agressions extérieures et même des pensées négatives. Désormais, rien ne peut plus vous atteindre. Ce grand calme c’est une force intérieure puissante qui fait barrage à tout ce qui pourrait vous perturber, à tout ce qui n’est pas positif. Elle sera tout particulièrement vigilante et efficace durant la période de votre examen afin que vous puissiez donner le meilleur de vous-même.

Vous êtes protégé. Vous avez emmagasiné dans votre mémoire inconsciente les connaissances nécessaires, toutes les connaissances nécessaires pour réussir votre examen. Vous savez qu’elles sont à votre disposition. Vous savez qu’il vous suffit d’être décontracté, calme pour y avoir accès. Grâce à ce travail de relaxation, de conditionnement que vous faites sur vous, l’accès à cette mémoire vous est facile. Vous savez que vous pouvez compter sur votre inconscient lorsque vous faites appel à lui. Vous pouvez lui faire confiance, une confiance totale. Rien ne peut entraver cette communication. Vous allez réussir.

Vous pouvez envisager la journée de votre examen sous un jour différent sans complexe avec même une certaine assurance. Vous allez vous présenter très décontracté, à l’aise, sûr de réussir. Vous allez pouvoir vous exprimer, donner le meilleur de vous-même. Vous allez entendre comme une petite voix venant du plus profond de vous-même qui va dire « sésame, ouvre-toi ». Et les portes de votre inconscient et de votre conscience vont s’ouvrir toutes grandes, instantanément.

Les informations, les idées dont vous avez besoin vont arriver à flot. Tout ce que vous avez appris et révisé et que votre inconscient a enregistré, même à votre insu, va soudain ressurgir, disponible avec une grande clarté, une grande précision, les réponses dont vous avez besoin. Vous allez réussir. Dites-vous, en vous-même en imaginant très fort l’annonce de votre victoire : « je vais réussir mon examen », « j’ai confiance en moi », « j’ai confiance en mon inconscient », « je vais réussir », « je vais réussir », « je vais réussir », « je réussis ».

Maintenant que vous savez que vous allez réussir, vous allez pouvoir reprendre contact avec le monde extérieur. Je vais compter jusqu’à 10 et au fur et à mesure que je vais compter, l’énergie va revenir dans votre corps. A 10, votre corps aura retrouvé toute sa vitalité.

Je compte 1, l’impression de lourdeur ressentie tout à l’heure disparaît totalement. 2, 3, l’engourdissement s’atténue dans vos deux bras. 4, 5, il s’atténue dans votre buste puis dans votre bassin. 6,7, il s’atténue dans vos deux jambes. 8, il est de moins en moins fort dans tout votre corps. 9, 10, l’engourdissement a totalement disparu et votre corps a retrouvé toute sa vitalité, toute son énergie.

A présent, vous pouvez commencer à bouger progressivement vos mains, vos pieds, vos bras, vos jambes. Vous respirez un peu plus profondément vous vous étirez et quand vous en avez envie vous ouvrez les yeux et vous vous sentez en pleine forme.

Alors comment ça va ?

R.G : Qui me parle ? (rires). Merci pour cette séance. Je reprends mes esprits.

S.C : Je vous invite à indiquer dans les commentaires comment vous avez vécu la séance, comment vous vous sentez maintenant. Faites la différence entre avant la séance et maintenant. Il y a des personnes aussi qui ont du mal à ressentir par exemple la chaleur ou la lourdeur. Il y a des personnes qui ont du mal à visualiser. Il y a des personnes qui ont tout vu et tout ressenti, d’autres qui se sont endormies.

Ce n’est pas grave puisque de toute façon l’inconscient enregistre et puis vous pouvez revivre cette séance à n’importe quel moment sauf si vous vous endormez systématiquement. A ce moment-là, faites-le à un autre moment de la journée et assis. Sinon, de toute façon, ça travaille, vous allez le voir soit aujourd’hui soit demain soit dans les jours qui viennent qu’il va y avoir des changements, mais pas que pour votre examen. Parce qu’en fait les séances de sophrologie ça fonctionne pour tout et plus on en fait souvent et plus on est zen dans sa vie quotidienne.

Alors comment tu t’es senti ? Est-ce que tu as ressenti la lourdeur, la chaleur ?

R.G : Oui, oui moi ça va, je pratique quand même assez souvent donc j’arrive à ressentir ces sensations-là. Si on décortique juste un petit peu la séance : tu es vraiment partie sur la relaxation au départ, tu t’appuies sur le training autogène de Schultz, sur la lourdeur après la chaleur.

S.C : En fait, c’est une technique d’André Daprey de sophrologie évolutive. Dans la formation sophrologie évolutive, en fait il y a deux types de sophrologie. Il y a la plus répandue, qui est la sophrologie caycédienne, c’est une sophrologie dynamique, qui va être plutôt debout ou assise qui va travailler sur plein de choses aussi mais surtout beaucoup sur la verticalité, sur sa place, sur plein de choses. Et puis il y a la sophrologie évolutive qui va permettre en fait d’atteindre différemment l’inconscient.

R.G : Ce sont des techniques que j’ai utilisées en classe avec mes élèves. D’ailleurs sur mon blog je propose cette formation sur la relaxation pour les élèves:

relaxer les élèves à l'école

J’utilise aussi la lourdeur, la chaleur, le contracté-relâché que l’on a vu au début de l’interview. Et c’est vrai que c’est assez magique ce que ressentent les élèves. Notamment sur la lourdeur, ça fonctionne bien. La chaleur, parfois, c’est un peu plus difficile pour certains mais ça fonctionne aussi. J’ai même des élèves qui, à la fin de la séance, me disent avoir eu l’impression d’un coup de soleil ! (rires).

Par rapport à mes lectures, j’ai lu que notamment sur la lourdeur, il est vrai que l’afflux de sang augmente réellement le poids des membres donc quand on ressent son bras vraiment lourd, c’est qu’il est vraiment plus lourd. Il y a des études qui ont été faites là-dessus, des mesures prises. Et même chose au niveau de la chaleur, ça augmente aussi au niveau des extrémités. Une hausse de 0,2 à 3,5 degrés au niveau des extrémités. En fait ce qu’on ressent, ce n’est pas que psychologique mais les mesures montrent que les membres sont vraiment plus lourds ou plus chauds.

S.C : Et tu as pu visualiser du coup ?

R.G : Oui, oui et j’ai envie de réussir ! (rires)

S.C : Du coup, ces techniques-là font partie de mes formations sophrologie et coaching. C’est important que les gens comprennent ce qu’est une séance de sophrologie. Tout à l’heure, on a fait un exercice de coaching et on sera amené à refaire une séance de PNL Coaching pour que vous puissiez faire la différence. En PNL Coaching, on est très conscient, c’est à dire qu’on n’est pas allongé, on ne se relaxe pas. On fait des exercices comme tout à l’heure (les sous-modalités), des exercices qui prennent entre cinq minutes et un quart d’heure. Avec des techniques qui permettent en fait de reprogrammer ce qui a besoin d’être reprogrammé. En sophrologie on va vraiment utiliser la relaxation pour aller changer l’idée qu’on a de la situation et apporter des ressources comme la confiance en soi.

Quatrième technique : l’ancrage

R.G : Là c’étaient plus des techniques pour préparer l’oral dans les semaines et les jours qui précèdent. Maintenant est-ce que tu as des outils très concrets pour le « juste avant », donc quelques heures avant l’événement ? Et même pendant, tu sais le fameux quart d’heure où tu attends dans le couloir juste avant, tu as les mains moites, le cœur qui bat à fond… ?

reussir son concours education nationale

S.C : Alors il y a plusieurs choses. Ce que vous pourrez faire dès maintenant et l’entretenir jusqu’au moment clé, c’est un ancrage. Il va pouvoir être utilisé juste avant, même pendant votre examen.

Tout d’abord, un ancrage, c’est quoi ? Un ancrage, c’est par exemple se forcer à sourire à un moment donné et c’est un vrai sourire qui va arriver. Pourquoi ? Parce que le corps a l’habitude d’être content lorsqu’il fait un sourire. Donc il va libérer en lui des émotions positives parce qu’il croit qu’il est content.

Et là, ça va être le même principe. On va créer un ancrage, ça veut dire qu’on va penser à quelque chose de très positif, on va sentir l’émotion monter en nous. Et juste avant que l’émotion redescende, on va par exemple se pincer les doigts ou se pincer l’oreille. En somme, faire un stimuli assez discret quelque part, pour que vous puissiez vous en servir lorsque vous en avez besoin.

Régis, tu vas penser à quelque chose où vraiment tu as été fier de toi, où tu as ressenti une émotion très puissante en toi. Est-ce que tu en a une qui te vient ?

R.G : Oui, j’en ai une.

S.C : Une fois que vous l’avez, fermez les yeux pour vous aider. Ce n’est pas obligatoire mais ça aide. Vous allez imaginer sauter dans les chaussures de l’époque, dans le pantalon de l’époque et ressentir ce qu’il s’est passé juste avant de sauter au plafond. Et dès que vous sentez que l’émotion remonte positivement, vous faites un stimuli et vous relâchez le stimuli juste avant que l’émotion ne retombe.

Et quand c’est bon vous pouvez revenir.

Maintenant, vérifions si l’ancrage a bien pris ou s’il faut changer de situation. Pensez à autre chose pour sortir de l’exercice. Et maintenant faites votre stimuli pour ressentir ce qu’il se passe en vous.

R.G : Je sens l’énergie qui monte.

S.C : Est-ce que d’après toi c’est assez fort ou est-ce qu’il faut refaire encore ?

R.G : C’est déjà pas mal là.

S.C : Pour ceux pour qui il faut refaire, fermez les yeux, pensez à quelque chose ou carrément une autre situation dans laquelle vous avez été fier, content et heureux. Même si ça n’a rien à voir avec le fait d’obtenir un diplôme. Par exemple, cela peut être un voyage que vous avez réussi, vous êtes contents.

Vous rentrez dans vos chaussures, dans votre pantalon associés à cette expérience et vous sentez l’énergie qui monte en vous. Vous faites le stimuli et relâchez-le juste avant que l’émotion ne redescende. Donc ce stimuli-là, à chaque fois que vous ressentez quelque chose d’hyper positif, vous pouvez le retravailler et recommencer. Par exemple si vous avez une super bonne nouvelle, réactivez-le. Cela va rajouter des choses positives par-dessus. Le jour de l’examen, appliquez votre stimuli et ça va vous aider intérieurement à vous sentir beaucoup plus serein.

R.G : Par exemple, je me pince le doigt, je serre le poing, ça me permet de faire monter les émotions positives, pour trouver de l’énergie. Essayez quelque chose d’assez discret quand même ! (rires)

S.C : Moi j’ai un ancrage qui n’est pas discret mais qui permet de rajouter un mot : c’est « Yes ! » (avec le geste visuel de la main). Et du coup le fait d’associer un mot ça va être encore plus puissant. Mais effectivement, c’est pas très discret du coup !

Cinquième technique : l’inspiration-expiration sur 5 temps

élèves difficiles

Je vous propose un autre exercice. On peut ouvrir les yeux ou les fermer. On peut le faire juste avant l’examen mais aussi dans la vie quotidienne. Cela va permettre de ralentir le rythme cardiaque et cérébral pour vous sentir beaucoup plus zen. Donc on va inspirer profondément et très doucement en comptant jusqu’à 5. Puis on va expirer très doucement en comptant jusqu’à 5. Et on recommence. On inspire tranquillement mais là on va inspirer, expirer de plus en plus doucement jusqu’à 5.

On peut compter dans sa tête ou sur ses doigts. En fait, on compte inspiration-expiration de plus en plus doucement et encore plus doucement. De cette façon, le pouls s’abaisse considérablement. On s’en sert aussi pour s’endormir ou pour réguler ses énergies. Il faut bien compter jusqu’à 5 temps (et pas jusqu’à 5 secondes).

On a pris l’habitude de respirer de manière très courte, on appelle ça d’ailleurs la respiration dite « sociale ». Et du coup, on oxygène mal nos cellules. Par exemple, les sportifs font beaucoup de sophrologie en général parce que justement ça leur permet d’avancer vers leurs objectifs pour pouvoir se conditionner. Ça leur permet aussi de gérer leur respiration pendant l’effort et de pouvoir calmer leur mental. Lorsque l’on fait cet exercice, on n’a plus mille pensées qui tournent dans la tête. On est focalisé sur sa respiration et cela permet d’oxygéner les cellules. Plus l’on va faire cet exercice souvent et plus l’on va augmenter notre capacité respiratoire et du coup avoir plus d’endurance que ce soit dans le sport mais aussi dans la vie quotidienne.

R.G : C’est vrai, quand on est stressé on a tendance à avoir un peu le souffle court ou même carrément rester en apnée sur des courtes périodes. Est-ce que cela s’apparente un peu à de la cohérence cardiaque ?

S.C : Oui tout à fait. Par exemple, quand vous subissez un choc même un petit choc émotionnel ou quelque chose auquel vous ne vous attendiez pas, et bien juste le fait de vous dire de respirer permet d’aller mieux.

R.G : Si je peux rajouter une petite chose. Tu parlais de l’importance de la respiration. Je suis vraiment tout à fait d’accord avec toi et je pense que la posture aussi est importante quand on va passer un examen ou un entretien. Il est vrai que pour avoir été jury aussi pendant plusieurs années, j’ai pu voir certains candidats arriver déjà les épaules rentrées, la tête un peu baissée, le regard au sol. Et le fait, à un moment donné, de se redresser, de mettre les épaules en arrière et le haut et de regarder devant soi ou même plus vers le haut ça permet d’éviter d’avoir des pensées négatives. Et le sourire aussi est très important.

Vous pouvez aussi faire le test chez vous : si vous vous mettez dans une position avec les épaules en arrière, le menton relevé, le regard vers le haut avec un large sourire sur son visage, on ne parvient pas à avoir une pensée négative avec cette posture-là ! Alors que si on baisse la tête et qu’on regarde le sol, on arrive beaucoup plus facilement à avoir une pensée négative.

S.C : Ce que l’on apprend en PNL, c’est quand on regarde vers le bas, on est dans le ressenti. On est automatiquement dans le « je me parle » ou dans l’émotion. Alors que lorsqu’on on est dans le haut, on est dans le visuel donc automatiquement on ne ressent pas l’émotion (ou en tout cas beaucoup moins). Et on ne se parle pas dans notre tête. C’est pour ça que tu dis on ne ressent pas quand c’est négatif parce qu’en fait, on est dans le visuel.

D’ailleurs, c’est ce que je dis aussi à mes élèves qui veulent devenir thérapeute. Je leur dis d’imaginer la scène suivante : à mon cabinet, des clients attendent, je rentre, j’ouvre la porte, je ne les connais pas et là je suis hyper timide, c’est ma première séance, comment je vais être ? J’arrive les épaules baissées, petit bonjour, sourire timide.

Je recommence, je ressors, même situation. Il y a des clients que je ne connais pas, c’est ma première séance, j’arrive et comme si j’avais 20 ans d’expérience, j’ouvre la porte et avec un large sourire, je vous dis bonjour comment ça va ?

Avec quel genre de thérapeute avez-vous envie de passer votre séance ? Avec le thérapeute qui est souriant, qui est ouvert, qui a confiance en lui bien sûr !

Avec les jurys c’est pareil, quelqu’un qui arrive qui n’est pas sûr de lui, même inconsciemment, toute l’énergie de la personne signifie qu’elle est fermée en fait. Alors qu’effectivement si son énergie est grande ouverte, là on n’a qu’une envie c’est d’être au contact de cette personne. Puisqu’en fait, on agit par mimétisme. Donc quelqu’un qui va paraitre heureux, automatiquement donnera envie d’être avec cette personne. Et quelqu’un qui paraît mal, renfermé ne donnera pas envie de l’écouter, ni d’être en sa compagnie car cela va être moins attractif.

R.G : C’est clair donc là, la posture est vraiment très importante. Je pars personnellement toujours sur ces 3 lettres-là en général :

  • R : pour la respiration ou bien penser comme tu disais à se calmer avec la respiration
  • P : pour la posture comme on vient de le voir
  • S : pour le sourire comme tu le disais c’est que là on a plus envie d’écouter et travailler avec une personne qui a le sourire que quelqu’un qui a la tête baissée, qui fait la tête. Donc voilà, retenez : RPS.

Maintenant que tu nous as donné plein de techniques, est ce que tu peux nous expliquer tes formations un peu plus en détail ?

S.C : Oui, j’ai des formations en présentiel donc j’ai plusieurs formatrices sur différentes régions de France. Et aussi des formations en ligne qui disposent de vidéos de cours comme si on était en présentiel. On a des livrets, l’accès au forum pour pouvoir discuter, poser ses questions et échanger avec les autres élèves. On a des classes virtuelles avec les élèves aussi. Donc tout dépend de la formation. Par exemple pour la formation sophrologie ça va être une classe par mois avec une formatrice plus des entraînements entre élèves pour ceux qui veulent.

En fait, on a plusieurs formations, vous verrez en fin d’article dans les liens. Les formations, on les fait d’abord pour soi (que ce soit les miennes ou celles de quelqu’un d’autre du monde du développement de soi). On le fait d’abord pour soi car on travaille sur ses problématiques, on avance et on se sent de mieux en mieux. Il y a beaucoup de personnes qui ne se sentent pas bien et qui ont besoin de ces formations.

R.G : C’est vrai que là en plus on vient juste de sortir du confinement. Et comme tu disais c’est vrai qu’il doit y avoir certaines personnes qui ne se sentent pas très bien avec ces longues semaines de confinement. Prendre un temps pour soi, pour se poser, respirer et faire des séances de relaxation, de sophrologie ça peut vraiment faire du bien, aider, pour aller de l’avant là et sortir de ce confinement de manière positive.

Maintenant, place au cadeau de Sarah.

Le CADEAU de Sarah : LE DÉFI 21 JOURS POUR DÉPASSER TES BLOCAGES

EPS et yoga

S.C : Il s’agit de 21 jours de bonheur. Vous cliquez et vous vous inscrivez. Puis dans votre boîte mail, vous allez recevoir l’accès à une plateforme de formation en ligne sur laquelle il va y avoir 21 cours. Parfois ce sont des vidéos, parfois ce sont des livrets et ça va vous permettre de travailler. Ce sont parfois des séances de sophrologie, parfois des exercices de coaching. Le but c’est vraiment de se libérer de ce qu’on n’a pas besoin, pour pouvoir avancer beaucoup plus sereinement et se sentir bien.

R.G : D’accord donc pendant 21 jours avec une séance par jour, c’est super. On vous rassure, tout est gratuit.

Tu veux rajouter quelque chose ?

S.C : Juste prenez soin de vous et faites les exercices à chaque fois que vous en avez besoin.

R.G : Je voulais vraiment te remercier pour tout ce contenu, pour la séance de sophrologie évolutive plus les autres techniques que tu nous as données aujourd’hui. J’espère vraiment que ça va aider tous les membres de ma communauté qui vont arriver gonflés à bloc avec une énergie vraiment positive pour aborder leurs oraux de la manière la plus sereine possible. Donc vraiment merci à toi d’avoir pris le temps pour cette interview et d’apporter tout ce contenu.

S.C : A très bientôt !

R.G : Je te souhaite une bonne continuation Sarah et nous, on se retrouve prochainement pour le partage de nouvelles ressources. Vous allez réussir votre concours avec tout ce que vous avez appris aujourd’hui 😉

On partage et on progresse ensemble. Allez à bientôt, salut !

Et voici le lien pour récupérer le cadeau dont parle Sarah dans l’interview: LE DÉFI 21 JOURS POUR DÉPASSER TES BLOCAGES

Merci à toi, cher(e) collègue ou futur collègue d’avoir suivi cette interview jusqu’au bout! Tu peux bien entendu la partager si tu penses qu’elle peut intéresser et aider des personnes autour de toi 😉 Et si tu as des questions ou des commentaires, je t’invite à les laisser ci-dessous…

On partage et on progresse ensemble 😉

Si tu as apprécié cette interview, cet article devrait également te donner des pistes pour t’aider à atteindre ton objectif: https://www.epsregal.fr/9-activites-contre-le-stress/

Si tu souhaites aller plus loin et bénéficier de l’aide de Sarah pour atteindre ton objectif et/ou pour approfondir tes connaissances en sophrologie, PNL, etc…, voici les formations qu’elle propose:

Deviens toi et trouve ta voie: https://www.universdetre.com/deviens-toi-trouve-ta-voie-regis

relaxation cycle 3

Devenez sophrologue-relaxologue: https://universdetre.learnybox.com/devenez-sophrologue-relaxologue/?aff=4tfg7z&cpg=5a1c7c

relaxer les élèves

Devenez coach PNL: https://universdetre.learnybox.com/devenez-coach-pnl/?aff=4tfg7z&cpg=5a1c91

formation Sarah Cabero

Devenez médium énergéticien: https://universdetre.learnybox.com/devenez-medium-energeticien/?aff=4tfg7z&cpg=5a1c97

Energie sacrée et loi d’attraction: https://universdetre.learnybox.com/devenez-technicien-avec-les-energies-sacrees/?aff=4tfg7z&cpg=5b0fd8

Formation sophro-énergéticien: https://universdetre.learnybox.com/devenez-sophro-energeticien-formation-integrale-en-sophrologie-pnl-coaching-et-energie-copie/?aff=4tfg7z&cpg=na4vjmup

Formation désincarnation: https://universdetre.learnybox.com/formation-desincarnation/?aff=4tfg7z&cpg=f0v7w7h

ressources EPS college lycee

Laisser un commentaire

Fermer le menu






close

POUR LES PROFS D'EPS, PROFS DES ECOLES, ETUDIANTS   :


REJOINS GRATUITEMENT

LES MEMBRES PRIVÉS DU SITE

  • check-square-o
    Accès aux ressources privées à télécharger.
  • check-square-o
    Reçois directement mes meilleurs articles et des vidéos dans ta boite email
  • check-square-o
    3 guides offerts à l'inscription.

INSCRIPTION EN UN CLIC :

envelope-open-o
envelope-open-o

Vous êtes informé que ces informations seront enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre politique de confidentialité. En renseignant mon adresse email et en validant mon inscription, je demande expressément à recevoir mes 3 guides offerts, la newsletter avec les nouveaux articles ou vidéos, l’accès aux ressources privées à télécharger, des informations sur les produits, services et évènements d’EPS Régal. Je suis informé que je pourrais me désinscrire à tout moment de la newsletter en cliquant sur le lien de désinscription prévu à cet effet dans les mails qui seront adressés.